la Belgique

Charleroi: un doute plane sur la réalisation du projet immobilier des River Towers

C’est un solide coup au moral que viennent de prendre les développeurs qui souhaitent redynamiser le centre-ville de Charleroi. En effet, le fonctionnaire délégué de la région wallonne en charge de l’urbanisme a refusé d’octroyer le permis d’urbanisme au projet River Tower. Ces projets d’envergure concernent la création de deux tours d’habitations de et la rénovation complète du quartier avoisinant l’actuelle Tour Inter-béton, aujourd’hui chancre industriel.

Situé à l’entrée sud-est du centre de Charleroi, le projet River Towers s’étend sur une surface de deux hectares le long de la Sambre. Le programme comprend la construction de deux nouvelles tours résidentielles comptant 28 étages et totalisant 276 logements d’une à trois chambres. Les appartements seraient orientés de façon à ce que chaque logement puisse profiter d’une vue dégagée sur les anciens sites miniers, la ville ou les méandres de la Sambre. Avec, aussi, une vue imprenable sur le nouveau Charleroi intra-muros. Une ville dans la ville en quelque sorte, avec un accès hyper rapide via les quais de Sambre.

Le projet risque de ne jamais voir le jour

Dessiné par le bureau d’architectes Piron associé au bureau bruxellois Bogdan & Van Broeck, le projet, estimé à 30 millions d’euros, est, pour la Ville de Charleroi, une réponse idéale pour redynamiser certains quartiers dans un espace public de qualité, avec des espaces verts et une rivière toute proche.

L’avis du fonctionnaire délégué de la Région wallonne a plombé bien des humeurs du côté de la Ville. Et le promoteur, une société israélienne, a décidé d’aller en recours de cette décision. Ses avocats sont déjà à pied d’oeuvre pour contrer les arguments négatifs du fonctionnaire délégué. Reste qu’à deux jours du Forum immobilier qui se tient à Charleroi, et qui a toujours considéré le projet River Towers comme une pépite du genre, ce refus fait bien mauvaise impression et entame le positivisme général. Le promoteur a vingt jours pour lancer son recours.