Politique

Dans la Douma d’tat le projet de loi sur господдержке pour les universités de l’industrie agricole

MOSCOU, le 11 octobre. /TASS/. Le vice-président de la Douma d’etat, chef de la faction « Russie Unie », Sergueï Neverov avec ses collègues du comité des questions agraires a présenté mercredi à l’examen de la chambre basse ajusté du projet de loi, qui distribue des mesures de soutien d’état dans le domaine de l’agriculture, de la recherche et d’éducation, travaillant dans ce domaine. Ce sujet communique le service de presse de la faction de russie unie.

L’initiative a été inscrite dans la Douma d’etat en mai de cette année, mais est ensuite ajusté en tenant compte des propositions du comité spécialisé du, souligne dans le communiqué.

« Le projet de loi distribue des mesures de soutien public dans le domaine du développement de l’agriculture sur la recherche et d’éducation, exerçant dans le processus de la recherche et (ou) des activités éducatives également à la production agricole, de son primaire et le suivi (fabrication) de la transformation », – dit dans le message. Aussi le projet de loi définit les caractéristiques de la mise en œuvre de programmes éducatifs dans le domaine de l’agriculture.

Comme l’a déclaré Neverov, cité par le service de presse, ce projet de loi présenté, notamment, avec les députés du parti COMMUNISTE, reflète les priorités de la faction « Russie unie », marquée dans le développement de l’agro-industrie, lors de l’examen du budget de l’année suivante. « En particulier, il s’agit d’assurer le recrutement de l’industrie et à l’appui de profil de formation. Nous comprenons que les étudiants doivent non seulement connaître la théorie, mais l’expérience sur la terre, c’est le plus grand besoin d’employeurs », – a souligné le chef de la faction.

Selon Неверова, maintenant des universités, ayant dans sa structure, le développement, la production, d’enseignement, de formation et expérimentés, de formation, de fabrication et d’autres unités, portent significatifs, l’organisation et les coûts du travail, qui aujourd’hui n’est pas pris en compte lors de la détermination des niveaux de financement. L’accès même à des mesures de soutien d’état accordée aux producteurs agricoles, ils n’ont pas.

« À cet égard, le projet de loi propose d’apporter des modifications dans les articles 5 et 6 de la loi fédérale Sur le développement de l’agriculture en vue d’inclure les scientifiques et les établissements d’enseignement dans le système de mesures de soutien de l’etat en matière de développement de l’agriculture », – a déclaré dans un communiqué.