la Belgique

La Police Boraine clôture sa dixième année de parrainage des sixièmes primaires

Depuis 10 ans, la Police Boraine parraine des classes de sixièmes primaires. Un policier de la zone est venu plusieurs fois par an en classe pour sensibiliser les élèves au civisme, à la sécurité routière ou encore au cyber-harcèlement.

« En sixième primaire vers 12-13 ans, c’est le moment charnière juste avant le début de l’école secondaire » explique Jean-Marc Delrot, le chef de corps. « On trouvait que l’on pouvait venir influencer le développement du jeune adolescent et de lui apporter des enseignements et des valeurs. C’est aussi l’occasion de réintégrer un contact entre le policier et l’adulte de demain. » poursuit le commissaire.

Cette année une quarantaine de classe ont participé à l’opération. Chacune d’entre elle était parrainée par un agent de la zone de police qui s’était porté volontaire afin d’encadrer les élèves. A raison de quatre rencontres sur l’année (trois à l’école et une au commissariat), policiers et élèves ont discuté autour de thèmes comme la sécurité routière, le civisme, l’environnement ou encore le cyber-harcèlement. « Nous nous sommes bien amusés et notre parrain était très bien. Cela se voyait qu’il était content de nous voir. C’était intéressant et nous avons pu parler du harcèlement » explique Neila, une jeune élève de la région. « Je trouve ça cool d’arrêter des gens et de résoudre des enquêtes. » poursuit Yanis. De son côté Massi a beaucoup de respect pour cette profession: « Ce n’est pas donné à tout de le monde de faire ce qu’il font. Ce sont des hommes et des femmes courageux. »

Créer des vocations? Oui même si ce n’est pas le but premier

Si les enfants sont ravis de participer à ces échanges, c’est aussi le cas des agents de police. Irini Sagriotis est inspectrice et participe au parrainage depuis le début de l’opération: « Ce qui m’a poussé à parrainer une classe, c’est le fait d’être au contact de jeunes gens qui seront les adultes de demain. On essaye de leur donner quelques conseils pour leur permettre d’avancer le plus droit possible. Au travers des thèmes abordés, on tente de les préparer au mieux à la vie adulte. »

A travers cette opération, la police boraine ne cherche-t-elle pas à recruter de futurs agents? Le commissaire Delrot affirme que ce n’est pas le but premier même si certains choisissent plus tard de s’engager au sein des forces de l’ordre: « Lors de la première année du parrainage, nous avions un petit garçons prénommé Clément. Dix ans plus tard et suite au parrainage, ce garçon a décidé de devenir policier et il se trouve aujourd’hui dans le processus de recrutement. C’est multifacette et il est certain que l’une des possibilités et de susciter des vocations. On connait les problèmes que la Police rencontre au niveau du recrutement. Mais ce n’est pas l’essence même du parrainage car ce n’est pas le but que nous poursuivons. »

Pour célébrer ce dixième anniversaire et pour ponctuer une nouvelle année de parrainage, la Police boraine organise comme chaque année une fête de clôture. Un événement auquel ont participé près de 1 000 élèves des environs.