Economie

Le flux de personnel entrant dans le secteur de la santé insuffisant, selon Acerta

Le flux de personnel entrant dans le secteur des soins de santé est insuffisant pour contrebalancer le renversement de la pyramide des âges, constate dimanche le groupe de services RH Acerta, à l’occasion du « Dag van de Zorg » organisé en Flande. Le flux entrant s’élève à 27%, soit seulement 2% de plus que le flux sortant.

« Le flux sortant de 25% concerne tous les contrats du secteur des soins de santé. Sachant que près d’un collaborateur des soins de santé sur sept travaille sous un contrat temporaire, ce pourcentage élevé n’est pas étonnant », commente Acerta.

Concernant les contrats à durée indéterminée, le flux de personnel sortant s’élevait l’an dernier à 9%. Il ressort par ailleurs d’un examen de ces contrats que l’employeur n’y met un terme que dans 14% des cas. Dans 28%, c’est le travailleur qui prend une telle décision et dans 37%, la collaboration cesse d’un commun accord.

« Une réflexion active sur une politique de rétention est une priorité absolue pour le secteur des soins. Pas seulement pour éviter que les travailleurs ne partent parce qu’ils pensent que l’herbe est plus verte ailleurs, mais aussi pour rendre le fait de devoir travailler plus longtemps envisageable pour tout le monde », estime Acerta. « La certification de diplômes équivalents est aussi un point à travailler et peut être une façon d’améliorer le flux entrant. »