Monde

Le foie gras de nouveau interdit en Californie

La justice américaine a de nouveau tranché vendredi en faveur d’une interdiction du foie gras en Californie. De nombreux chefs fustigent cette décision, tandis que les défenseurs des animaux crient victoire.

C’est une bataille judiciaire qui dure depuis 13 ans en Californie : l’interdiction du foie gras a été réinstaurée vendredi 15 septembre après la décision unanime d’un panel de trois juges de la Cour d’appel fédérale de Pasadena. Il pourra toutefois rester au menu des restaurants de la côte ouest tant que tous les recours en justice n’auront pas été épuisés.

Si cette décision n’est pas renversée, un restaurateur qui sert du foie gras risquera ensuite une amende de 1 000 dollars (840 euros).

>> À lire sur France 24 : Les Japonais boudent le foie gras et font plier une chaîne de supérettes

Chez PETA, "les bouchons de champagne sautent”. L’organisme de défense des animaux, réputé pour ses campagnes aux images choc, se bat depuis des années contre la pratique du gavage d’oies ou de canards – d’ailleurs interdite en Californie – qu’il assimile à de la torture.

“PETA veut rappeler à tous que le ‘faux gras’ [un pâté végétal, NDLR] constitue [une alternative] déjà disponible et pouvant être dégustée en son âme et conscience”, ajoute la direction dans un communiqué.

Une décision “folle”

Le foie gras, un des fleurons de la gastronomie française, était autorisé dans les restaurants californiens depuis 2015 après la décision d'un tribunal de première instance qui suspendait une loi votée en 2004 interdisant de servir ce mets luxueux dans tout l’État. Le texte n’était entré en vigueur que depuis 2012.

Plusieurs restaurateurs ont déjà fait part de leur colère après ce nouveau revers. À commencer par le très médiatique chef Éric Greenspan qui officie notamment sur la grande chaîne culinaire américaine, Food Network. "Ne mangez pas [de foie gras] si vous ne voulez pas, mais n'empêchez pas ceux qui veulent le faire […] Quitte à parler de cruauté, il faudrait commencer par interdire les fusils d’assaut, avant le foie gras", a-t-il lancé au quotidien Los Angeles Times, estimant que la décision de la cour d'appel était "folle".

Même frustration pour Ken Frank, chef du restaurant français La Toque (une étoile au Michelin) situé dans la région viticole de la Napa Valley. Qualifiant l'interdiction de "très mauvaise législation" dans le quotidien San Francisco Chronicle, il s’attend à ce qu’elle soit de nouveau levée prochainement.

Avec ses deux étoiles au Michelin, le chef Josiah Citrin du restaurant Melisse à Santa Monica n’a pas l’intention, pour sa part, de changer dans l’immédiat son menu sur lequel figure du foie gras. “Je n’avais aucune idée que cette législation arrivait, on verra ce qu’il va se passer maintenant. J’aime le foie gras, mais au pire l’interdiction ne va pas mettre en danger mon activité. C’est juste que je n’aime quand on me dicte quels produits je dois ou ne dois pas utiliser”, a-t-il déclaré au Los Angeles Times.

Suivre l’exemple d’une douzaine de pays

À l’origine de la première interdiction, la Humane Society of the U.S. rétorque que bon nombre de pays ont déjà exprimé leur opposition, au gavage des oies et des canards. “Quand vous avez Arnold Schwarzenegger, un ancien pape ou encore la Cour suprême d’Israël qui disent tous que le foie gras est inhumain, c’est qu’il doit bien y avoir quelque chose”, a déclaré Paul Shapiro, porte-parole de l’organisme.

Actuellement, les Pays-Bas, la République Tchèque, l’Inde, le Luxembourg, le Danemark, la Finlande, la Norvège, la Pologne, Israël, la Suède, la Suisse l’Allemagne et le Royaume-Uni disposent tous d’une forme d’interdiction du gavage, rappelle la Cour d’appel fédérale dans sa décision de vendredi.

Les plaignants qui contestaient l’interdiction ont maintenant “14 jours pour déposer une pétition” afin que la totalité des juges du 9e circuit examine la décision prise par le panel de trois juges. Si la pétition était acceptée, la Californie devrait s’en remettre à la Cour Suprême pour tenter de faire entrer en vigueur son interdiction.

En France, les réactions ne devraient pas tarder, notamment du côté des producteurs de foie gras qui viennent déjà de vivre deux années difficiles à cause de vastes épidémies de grippe aviaire. La filière foie gras a d’ailleurs demandé jeudi à Emmanuel Macron d'intervenir pour que soit prise en compte “la détresse de tout un bassin historique de production impacté par deux années consécutives de crise majeure".

Avec AFP

Première publication : 16/09/2017