Culture

Le Louvre Abu Dhabi exposera le Vinci à 450 millions de dollars

« Salvator Mundi », le tableau de Léonard de Vinci vendu en novembre pour le montant record de 450 millions de dollars, sera exposé au Louvre d’Abu Dhabi, a annoncé le musée mercredi.

C'est un coup marketing sans précédent pour le Louvre Abu Dhabi. Un tableau de Léonard de Vinci, vendu en novembre aux enchères pour un montant record de 450,3 millions de dollars, va être exposé dans le tout nouveau musée inauguré le 8 novembre. "Salvator Mundi arrive au Louvre Abu Dhabi", a tweeté l'institution mercredi 6 décembre, sans préciser l'identité du propriétaire du tableau.

Le Salvator Mundi de Vinci viendra au #LouvreAbuDhabi pic.twitter.com/zW1z4pRoG9

  Louvre Abu Dhabi (@LouvreAbuDhabi) 6 décembre 2017

"Félicitations", a tweeté la maison d'enchères Christie's, qui avait organisé à New York la vente au cours de laquelle le tableau "Salvator Mundi" avait pulvérisé le record de la toile la plus chère du monde, détenu depuis 2015 par "Les Femmes d'Alger (version 0)" de Pablo Picasso.

Congratulations — the Salvator Mundi is going to its new home the @LouvreAbuDhabi https://t.co/ehv8jm5Lii

  Christie's (@ChristiesInc) 6 décembre 2017

Depuis cette vente, les spéculations vont bon train sur l'identité de l'acheteur de cette toile. L'hebdomadaire français Le Journal du dimanche a affirmé qu'il s'agissait de deux sociétés d'investissement, agissant dans le cadre d'un accord financier avec plusieurs grands musées. Après son acquisition, l'œuvre devait être revendue ou louée à des musées, notamment en Asie et au Moyen-Orient, selon le journal.

En début de soirée mercredi, le New York Times a affirmé que l'acquéreur était le prince saoudien Bader ben Abdullah ben Mohammed ben Farhan Al-Saud, proche du prince héritier Mohammed ben Salmane. Selon le site du groupe énergétique coté américain Energy Holdings, dont il est vice-président du conseil administration, le prince Bader serait l'un des "plus jeunes entrepreneurs d'Arabie saoudite", présent dans les secteurs des télécommunications, de l'immobilier, de l'énergie et du recyclage.

Ce tableau était le seul connu de Léonard de Vinci à appartenir encore à un collectionneur privé, tous les autres étant la propriété de musées.

>> À lire aussi : Un Christ de Léonard de Vinci vendu 450,3 millions de dollars, un record

L'histoire de cette œuvre de 65 cm sur 45, peinte autour de 1500 par Léonard de Vinci (1452-1519), est digne d'un roman. Certains experts estiment qu'elle pourrait avoir été commandée par le cour de France et elle a été propriété des rois d'Angleterre. Après sa réapparition à la fin du XIXe siècle, elle a longtemps été considérée comme l'œuvre d'un contemporain de Léonard de Vinci : vendue pour 45 livres en 1958 chez Sotheby's, elle n'a été authentifiée formellement comme un "Leonardo" qu'en 2005. Depuis, quelques spécialistes ont émis des réserves sur le rôle qu'a effectivement joué Léonard de Vinci dans sa conception.

Depuis son inauguration, le Louvre Abu Dhabi avait déjà dans ses murs un autre tableau de Léonard de Vinci, "La Belle Ferronnière", portrait prêté par le Louvre Paris et présenté comme la star du nouveau musée. Au total, 300 oeuvres ont été prêtées par 13 musées français, dont "Autoportrait" de Vincent van Gogh.

>> À lire aussi : En images : à Abu Dhabi, le nouveau Louvre ouvre enfin ses portes

Avec AFP

Première publication : 07/12/2017