la Belgique

Le prix de la mayonnaise impacté par la crise du Fipronil

La mayonnaise est sans aucun doute la sauce préférée des Belges. Parmi ses composants, on retrouve au minimum 5% de jaunes d’œufs, c’est la loi. Mais depuis la crise du Fipronil, le marché en compte moins, résultat leur prix augmente et cela impacte notamment la mayonnaise.

Les jaunes d’œufs jusqu’à deux fois et demi plus chers

Chez Colona, le deuxième producteur de sauces en Belgique, fabriquer un pot de mayonnaise de taille classique coûte désormais entre 5 et 15 centimes plus cher.

« On se retrouve dans une situation assez catastrophique. Le prix du jaune d’œuf au kilo se paye aujourd’hui aux alentours de trois euros pour les œufs de poules élevées en cage et jusqu’à six euros pour les œufs de plein air. Quand on sait que nous utilisons 35.000 kg d’œufs par semaine, ça nous amène à sortir chaque semaine plus de 50.000 euros  » affirme Jean-Luc Colon, le directeur de l’entreprise Colona.

Une exportation compliquée

D’ici la fin de l’année, la crise des œufs contaminés aura coûté 1 million d’euro à cette PME. Pour le moment, il n’y a pas d’impact pour le consommateur car les contrats de Colona l’empêchent d’augmenter ses prix mais dès l’année prochaine, l’entreprise devrait les faire grimper de 5 à 15% en Belgique. Une hausse difficilement applicable dans toutes les régions du monde.

« On exporte plus de 85% de notre production et pas uniquement en Europe. Quand on arrive dans des régions comme l’Asie ou l’Afrique et qu’on se retrouve face à des producteurs locaux qui n’ont pas été touchés par ce problème et bien on ne peut pas augmenter les prix » s’inquiète Jean-Luc Colon.

Un retour à la normal qui prendra du temps

Malheureusement pour le secteur agro-alimentaire, la hausse devrait, selon la fédération de l’industrie alimentaire belge, perdurer encore plusieurs mois. Les aviculteurs impactés par la crise avaient dû abattre leurs volailles, il leur faudra donc un certain temps reconstituer leurs stocks. De plus l’hiver approche et en cette période la ponte se fait plus rare.

Pour aider les entreprises impactées par la hausse des prix, l’état prévoit une intervention mais son montant n’est pour l’instant pas encore connu.