Politique

Séparer filles et garçons à l’école est discriminatoire selon la justice britannique

Les pratiques d’une école musulmane de séparer filles et garçons sont « discriminatoires » et contraires à la loi, a considéré vendredi un tribunal londonien, une décision qui pourrait pousser une vingtaine d’écoles à revoir leur fonctionnement.

L’affaire opposait les services d’inspection académiques, l’Ofsted, à une école islamique mixte de Birmingham. En juin 2016, un rapport de l’Ofsted qualifiait d’ « inadéquate » la politique de l’école, se basant notamment sur le fait que les filles et les garçons, étaient séparés, dès l’âge de 9 ans, pour les cours, le déjeuner, la récréation et les activités péri-scolaires.

L’école avait poursuivi en justice l’Ofsted, et la Haute Cour de Londres lui avait donné raison l’an dernier.

Mais vendredi, les trois juges de la Cour d’appel ont été à l’encontre de cette décision, estimant que cette politique de ségrégation s’apparentait à de la discrimination et contrevenait à la loi. La Cour d’appel a ajouté que cette politique portait préjudice aux garçons comme aux filles.

Cette décision pourrait amener une vingtaine d’écoles à revoir leur politique, a déclaré à l’AFP Amanda Spielman, inspectrice en chef des écoles, à l’issue de l’audience.