Monde

Zakharova: Moscou appelle toutes les parties en conflit au Yémen, à un large нацдиалогу

MOSCOU, le 6 décembre. /TASS/. La russie demande à tous les politiques, les parties en conflit au Yémen, au lancement de la plus large du dialogue national. Ce sujet a déclaré mercredi le porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova.

Voir aussi


Les principales étapes du conflit au Yémen

Moscou est préoccupé par négatif à l’évolution de la situation au Yémen, un grand risque à скатыванию pays dans l’armée, le chaos politique, accompagné d’une catastrophe humanitaire sans précédent, souligne – t-elle. – Ne voyons pas d’alternative à éviter ce genre de scénarios, sauf à travers rapide de la cessation de la force de l’opposition et le lancement de la plus large du dialogue national sous l’égide de l’ONU, sur la base du respect mutuel et les intérêts de toutes les forces politiques du Yémen, en conformité avec les règles de base du droit international ».

« Nous attendons que les principaux instruments internationaux et régionaux, les joueurs utilisent leur influence sur les parties yéménites, afin de les convaincre de mettre fin à la violence, à cesser les combats et de revenir à la table des négociations, jusqu’à ce que le pliage est maintenant extrêmement dangereuse de la situation dans le pays ne prendrait irréversible, a déclaré Zakharova. – À son tour, la Russie continue de fournir la solution la promotion vigoureuse de l' ». En conformité avec les conventions internationales, a rappelé le représentant officiel du MAE de la fédération de RUSSIE, « la responsabilité de la sécurité des personnes dans les rues de Sanaa диппредставительств, y compris le russe, incombe aux autorités du pays d’accueil, ainsi que sur les pays qui sont impliqués dans le conflit ».

À Sanaa depuis le 29 novembre, de violents combats, la raison de qui sont devenus les tentatives sécessionnistes formations хуситов de saisir un certain nombre d’institutions et d’objets, contrôlées par les partisans de l’ancien président. Le 2 décembre Saleh a annoncé la rupture des partenariats avec хуситами, et le lundi, il a été tué par les rebelles, où se rendait dans son village natal, dans la région montagneuse Санхан, situé à quelques dizaines de kilomètres de Sanaa.