la Belgique

Charleroi: trois ans de prison avec sursis pour avoir braqué un salon de coiffure avec un sabre de samouraï

Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné ce jeudi un toxicomane multirécidiviste à trois ans de prison avec sursis probatoire, dont un an ferme. L’intéressé était poursuivi pour avoir braqué un salon de coiffure à l’aide d’un sabre de samouraï. Il répondait également de rébellion à l’égard de policiers et de menaces envers plusieurs personnes.

Le 3 août 2017, en pleine journée, un individu armé d’un sabre de samouraï a fait irruption dans un salon de coiffure de Marcinelle. Il s’est emparé de 400 euros et d’un pot de gel – alors qu’il a lui-même le crâne rasé – et a pris la fuite. Rapidement identifié par la police locale, le suspect a été intercepté chez une voisine. Lors de sa mise au cachot, les inspecteurs ont constaté qu’il semblait dissimuler un objet dans sa poche et lorsque ceux-ci ont tenté de lui enlever son pantalon de force, Antoine I. s’était rebellé.

Le prévenu comparaissait également pour des menaces à l’encontre de plusieurs personnes. En avril 2017, il s’était rendu dans la rue de son ex-compagne, dans la commune des Bons Villers, et avait vidé le chargeur de son pistolet à blanc. A l’audience, Antoine I. a reconnu les faits, hormis la rébellion. « Ce sont les policiers qui m’ont claqué la tête contre la fenêtre du combi. J’en ai même perdu une dent. Par la suite, ils ont voulu me déshabiller de force alors que je n’avais pas de sous-vêtements », a-t-il expliqué.

Pour le parquet, le prévenu est un multirécidiviste toxicomane particulièrement impulsif. « Son casier judiciaire en dit long: il se fout de l’autorité. Pour protéger la société, je requiers une peine de quatre ans de prison ferme », a lancé la substitute Cheront. Me Sokolski, conseil du prévenu, a quant à elle sollicité l’acquittement pour la rébellion et une peine de travail pour le braquage et les menaces.

Le tribunal a condamné Antoine I. à 3 ans de prison avec un sursis probatoire pour ce qui excède un an ferme.