la Belgique

Jérusalem: « Le peuple palestinien n’acceptera pas que Trump décide »

La reconnaissance unilatérale par le président américain Donald Trump de Jérusalem comme capitale d’Israël a suscité de vives réactions du côté palestinien. « C’est une journée noire pour les Palestiniens », a réagi au micro de la RTBF Abdalrahim Alfarra, le représentant palestinien à Bruxelles. 

« Il y a des manifestations partout en Palestine et aujourd’hui, vous allez voir des manifestations partout dans le monde arabe: Maroc, Algérie, Tunisie… C’est une décision qui était refusée par le monde arabe, chrétien et islamique. On appelle au calme mais le peuple palestinien n’acceptera pas que Trump décide », ajoute-t-il. 

De son côté, l’Association Belgo-Palestinienne (ABP) dénonce « une décision catastrophique pour tout le monde arabe ».

Simon Moutquin, chargé de campagne et mobilisation pour l’Association Belgo-Palestinienne (ABP), met en garde contre « toutes les conséquences pour la région » de l’annonce de Donald Trump de déplacer l’ambassade des Etats-Unis en Israël de Tel-Aviv vers Jérusalem.

Il tient à rappeler en outre que « la situation des Palestiniens n’a pas commencé à se dégrader » après l’annonce du président américain.

La politique d’apartheid ne fait qu’empirer

« Suite aux gouvernements successifs du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, la politique d’apartheid contre la population palestinienne ne fait qu’empirer, avec la colonisation, l’occupation et la politique d’incarcération des Palestiniens », poursuit-il.

L’Association Belgo-Palestinienne (ABP) organise une manifestation à Bruxelles, au Rond-Point Schuman, le 11 décembre prochain pour protester contre la venue de Benjamin Netanyahu pour rencontrer les ministres européens des Affaires étrangères. Une mobilisation d’autant plus importante en raison de la nouvelle donne dans le conflit israélo-palestinien, selon le chargé de communication. 

De son côté, l’ambassadeur d’Israël en Belgique a réagi en disant qu’il s’agissait tout simplement d’une « reconnaissance de la réalité. Ce n’est pas Donald Trump qui a déclaré Jérusalem comme la capitale du peuple juif, c’est le roi David qui l’a fait il y a 3.000 ans. C’est une reconnaissance d’une histoire qui existe depuis 3.000 ans », a déclaré Simona Frankel dans Jour Première.