Politique

La France a engagé une procédure de retrait de la Légion d’honneur de Bachar al-Assad

 

Bachar al-Assad. –
Sana – AFP

Le retrait de la légion d’honneur accordée au leader syrien était en suspens depuis de nombreux mois. 

La France a engagé une procédure de retrait de la Légion d’honneur attribuée au président syrien Bachar al-Assad, a déclaré lundi soir l’entourage du président Emmanuel Macron.

« L’Elysée confirme qu’une procédure disciplinaire de retrait de la Légion d’honneur », la plus haute distinction française, « à l’endroit de Bachar al-Assad a bien été engagée », a indiqué la présidence de la République.

En novembre dernier, Christophe Castaner alors porte-parole du gouvernement, avait jugé que cette possibilité de retirer au leader syrien cette distinction relevait d’une « question légitime ».

Dans sa longue interview de dimanche soir Emmanuel Macron a justifié les trois frappes, réalisées conjointement avec la Grande Bretagne et les Etats-Unis, sur trois sites syriens de production d’armes chimiques. Mais il avait aussi tenu à préciser que « la France n’a pas déclaré la guerre au régime de Bachar al-Assad ».

Futur ex-grand-croix de la légion d’honneur

Le président syrien avait été fait grand-croix (le plus haut grade) de la Légion d’honneur par Jacques Chirac en 2001, peu après avoir succédé à son père Hafez al-Assad à la tête du pays.

La procédure de retrait de la Légion d’honneur appartient au Grand maître de la Légion d’honneur, à savoir le président de la République en exercice. Emmanuel Macron a déjà engagé l’an dernier la même démarche de déchéance contre le producteur américain Harvey Weinstein, accusé d’agressions sexuelles et de viol.

Depuis 2010, un décret permet de déchoir plus facilement un étranger ayant « commis des actes contraires à l’honneur ». La Légion d’honneur a ainsi déjà été retirée au cycliste américain Lance Armstrong ou au styliste britannique John Galliano.

Pour les Français, cette distinction est automatiquement retirée à toute personne condamnée à au moins un an de prison ferme.