la Belgique

L’assurance hospitalisation: un système pervers?

L’annonce a pris de court beaucoup de citoyens, la Banque nationale de Belgique a imposé une hausse immédiate et importante des tarifs d’assurance hospitalisation chez DKV, spécialiste en la matière. Les tarifs de l’assureur privé vont augmenter jusqu’à 10% sur les produits les plus populaires, et ce dès septembre.

En cause : l’augmentation du prix des frais médicaux que l’assureur est obligé de répercuter pour éviter les pertes. La DKV offrant des produits à couverture illimitée, elle est particulière vulnérable à l’augmentation des frais. Or, si les hôpitaux augmentent leurs tarifs, c’est entre autres parce qu’il existe des assurances qui remboursent sans limite. C’est un cercle vicieux.

D’une manière générale, les autres assureurs, privés ou mutuellistes, ont dû adapter leur prix, rendant ces assurances de moins en moins accessibles. C’est l’autre effets pervers possible souvent dénoncé : les patients sont de plus en plus inégaux devant les coûts des soins de santé.

« Débats Première » met l’assurance hospitalisation en question. Faut-il imposer des limites, faut-il revoir le système de financement des hôpitaux ? Au contraire, êtes vous favorable au système actuel ? Pensez-vous qu’il faut moins réguler et laisser plus de place aux assurances privées ?

Donnez-nous vos solutions

On attend vos réactions :

  • Par téléphone : au 02/737.37.07
  • Sur Facebook 
  • Sur Twitter avec le #Débats1