Culture

Le principal acteur de théâtre alexandrinsky Nicolas Marton a présenté un livre de souvenirs

SAINT-PÉTERSBOURG, le 13 novembre. /Corr. TASS Oleg Сердобольский/. Le maître de pétersbourg théâtre alexandrinsky, artiste populaire de Russie, 83 ans Nicolas Marton a présenté lundi un livre de souvenirs « J’ai désespérément de la chance! », publiée par la maison d’édition « les pays Baltes saisons ». La présentation a eu lieu dans le hall du roi de théâtre, dans laquelle l’assistant vous permet de 55 ans.

Commentant le titre du livre, le directeur artistique du théâtre de l’artiste populaire de Russie Valery Fokin a souligné que « Александринскому théâtre de la chance avec Nicolas Мартоном », l’un des principaux artisans de la troupe, qui enseigne aux jeunes par l’exemple. « Dans ce dialogue, il y a une transmission bâton de maîtres pour les artistes de la nouvelle génération », a expliqué le directeur artistique, a écrit la préface du livre.

De l’avis de la directrice artistique du Grand théâtre dramatique du nom de G. A. Товстоногова André Puissant, qui a travaillé précédemment dans Александринском théâtre, Marton « a une étonnante capacité à créer autour de lui des mondes ». « Et je suis heureux qu’il est tombé dans ce clip », a déclaré le réalisateur, qui, selon lui, sur la scène, il ne fait pas un spectacle sans Мартона » et j’ai beaucoup appris de lui.

Pour sa vie créative Marton est créé sur la scène plus d’une centaine de rôles, a joué dans une soixantaine de films. Sa carrière il a commencé dans une Crimée russe de théâtre dramatique, et son « désespérée de la chance », estime l’invitation dans une troupe de théâtre alexandrinsky.

Le baryton Мартона sonne dans des émissions de radio, il est exprimé par historico-documentaires, sort comme un lecteur sur филармоническую l’estrade. Beaucoup de pages à la fin du livre prend la liste de ses œuvres dans les différents domaines de la créativité jusqu’à моноспектаклей et антрепризных travaux. « Ce livre – ma gratitude aux personnes – amis, mon cher partenaires. Je m’incline devant », dit Marton sur la présentation.