la Belgique

Communales 2018: Jurbise: Jacqueline Galant dans la ligne de mire

De retour dans son rôle de bourgmestre de plein droit dans la commune depuis mai 2016, Jacqueline Galant (MR) fait figure d’archifavorite à sa propre succession. Quelques couacs, principalement relayés par ses adversaires de l’opposition, sont venus (à peine, semble-t-il) émailler son statut de machine à voix extrêmement populaire dans sa commune. Car Jurbise va bien. Et Jacqueline Galant, jeune maman, aussi, merci pour elle : « Nous sommes fiers du travail accompli depuis 2012. Nous avons réalisé 95% de notre programme, se réjouit-elle. Nous avons encore tellement de projets, notamment entrer dans le réseau Cittaslow pour préserver notre ruralité. Mais, à ce stade, nous n’avons pas encore défini totalement notre programme pour 2018. Nous le développons à l’aide de rencontres citoyennes où les habitant peuvent formuler des suggestions et leurs attentes. »

La championne des voix de préférence laisse des miettes en terme de popularité aux autres candidats, que ce soit dans les autres partis, comme dans sa propre liste avec presque 2000 voix d’avance sur son second, Guy Caulier, et davantage encore sur ses adversaires PS et Ecolo. Elle parait d’ailleurs parfois tellement omnipotente dans son fief, autrefois celui de son père Jacques, que la seule menace pourrait venir d’une forme de lassitude et de la volonté de changement qui semble souffler à travers toute la Wallonie. Sa plus sérieuse opposante, Manuella Sénécaut (PS), s’est d’ailleurs entourée d’autres élus de l’opposition, Ecolo en tête, mais surtout de citoyens « engagés et ordinaires ». Une liste d’alternative citoyenne pour tenter d’ébranler « le culte » autour de la personnalité de Jacqueline Galant : « Nous représentons des citoyens qui ont décidé de se regrouper, des gens ordinaires, qui ne sont pas des bêtes politiques dont c’est le métier depuis toujours… (suivez son regard)… Nous voulons faire des vraies propositions, pas du bling-bling avec un seul but électoraliste. »

De sérieux airs d’appel au rassemblement général pour venir chatouiller Jacqueline Galant. Même Caroline Mocrette (cdH) s’est ralliée à cette initiative, au grand étonnement de la bourgmestre : « J’assiste en spectatrice… je suis abasourdie. » Le groupe humaniste de la commune semble plus que jamais indécis et ne semble pas encore décidé sur la stratégie à suivre. 

Relancer le débat communal? Non « il n’existe même pas »

Citoyens. Ordinaires. Regroupés. Autant ajouter décidés à faire tomber la bourgmestre donc. Pourtant Eric Aucquière (Ecolo) s’en défend: « Il s’agit avant tout de faire exister une véritable opposition qui perd davantage de terrain à chaque élection… Seuls les socialistes sont encore présents au conseil communal en dehors des conseillers de la majorité. Le poids de Jacqueline Galant est tel que si nous ne nous rassemblons pas, nous ne représentons plus rien. Elle est très forte, il faut lui reconnaître cela en terme de proximité… Elle est de tous les soupers, de toutes les inaugurations et a des attitudes un poil populistes. » Des lettres de félicitations envoyées aux communiants, ou un exercice anti-terroriste un peu trop musclé… des critiques envers de méthodes mayorales que l’opposition espèrent déterminantes pour changer l’image de Jacqueline Galant et privilégier « les vraies politiques »; la liste d’alternative citoyenne veut proposer une approche pragmatique avec des projets à long terme. Des qualités qui feraient défaut à la gestion de Jacqueline Galant : « La mobilité est un gros échec de la majorité actuelle, détaille Eric Aucquière. Ou l’environnement, elle ne semble pas savoir de quoi on parle… Ne parlons pas de transparence. On a toujours l’impression qu’elle fait de tout une affaire personnelle. Elle avait, par exemple, refusé catégoriquement d’engager un guide « un peu trop critique envers certaines décisions de la majorité et ne s’en est même pas cachée… Elle avait d’ailleurs demandé d’enlever une question à ce sujet lors d’un conseil communal. »

De son côté, la bourgmestre défend une gestion réelle et « au plus près des besoins des citoyens » : La sécurité reste une préoccupation première ici… Nous sommes particulièrement visés par les vols et donc nous agissons en ce sens en ajoutant des agents supplémentaires, en octroyant des primes pour des systèmes d’alarme. C’est une nécessite réelle, la société n’évolue pas positivement malheureusement ».

Jacqueline Galant compte bien sur sa popularité pour reconduire sa majorité d’ici un an car « malgré les attaques incessantes sous la ceinture de l’opposition, au final les habitants de la commune choisissent et ils ne sont pas dupes, ils voient ma passion. » Une passion teintée de certitudes que l’opposition va tenter de quelque peu ébranler.